Le club des mal cités
yvon deshaies

Yvon Deshaies, à propos de la guerre en Ukraine

Actuellement, y’a des femmes qui se font violer. Pourquoi elles se font violer? Parce que les soldats rentrent dans les maisons. Sont libres, tout est à eux autres. Ces gens-là rentrent partout, alors ils font qu’est-ce qu’ils veulent. Ils tusent des gens. […] Alors je peux vous dire une chose: j’espère que cet homme-là, si y’a un Dieu en l’air, il va s’arranger avec très bientôt, et je l’espère. Avec toutes les souffrances qu’ils nous font souffrir.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

S’abonner à l’infolettre

Recevez chaque semaine les nouvelles citations par courriel!

Flux Le Sportnographe

  • Martin St-Louis, libre
    J’veux pas qu’ils jouent pis ah, faut je plaire à mon coach. Non, faut tu jouzes libre.
  • Michel Bergeron, qui a des principes
    Écoute bien, on dit souvent: ce qui se passe dans le vestiaire demeure dans le vestiaire. Mais quand t’es pu dans le vestiaire, tu peux revenir en arrière.
  • Gilbert Delorme, à propos de Tom Brady
    Moi Brady, Brady y’avait été mon prix citron j’pense quand il avait engueulé ses linemen, parce que justement si t’as pas de ligne offensive, t’as pas d’attaque, ils te protègent pas. Pis tsé tu peux pas dans l’fond… chier sur la main, je sais pas comment dire ça, sur la main qui te nourrit.
  • Martin St-Louis, à propos de Nick Suzuki
    Tsé, Nick, joue, y’a beaucoup d’échec dans sa game. C’est pas, y joue pas aux dames. C’est des joueurs intelligents mais y’a beaucoup d’échecs dans leurs décisions pis leurs games.
  • Martin St-Louis, à propos du désavantage numérique
    C’est difficile un peu pour notre avantage numérique, pis ça donne des grosses minutes aux gars qui tusent. C’est difficile.

Catégories

Abonnez-vous à l'infolettre pour recevoir chaque semaine les dernières citations par courriel... et même plus!