Le club des mal cités
Accueil » Maxime Bernier » Maxime Bernier, qui a la science de son bord

Maxime Bernier, qui a la science de son bord

maxime bernier

La science démontre que les craintes d’une apocalypse climatique sont non fondées. Le changement climatique est réel, c’est un fait incontesté que le climat a toujours changé et continuera de changer. Mais ce n’est pas la fin du monde. Il y a un siècle, près d’un demi million de personne mourrait en moyenne chaque année à cause de tempêtes, d’inondations, de chesseresses.

2 commentaires

Laisser un commentaire

  • Ils ont refusé d’accepter le changement climatique, mais la réalité les rattrape.

    Pas le choix… mais il faut quand même continuer, contre vents, marées, sécheresses, dômes de chaleur, il faut continuer à nier d’une manière ou d’une autre.

    Leur carrière politique dépend de cet aveuglement sans fin.

    Dans tous les cas, pauvres crétins, le problème n’est pas dans “le climat” ou “la planète”.
    Le problème est HUMAIN. Combien d’humains vont payer pour cet aveuglement ?

    Evidemment, on s’en tape (je suis français! 😉 puisqu’en plus de cet aveuglement, on entretient aussi le sentiment d’egoïsme tout aussi ridicule.

    La société est faite d’individus. L’important est de trouver un équilibre entre individuel et collectif, au lieu de ne voir que le capitalisme contre le communisme, vieille lune des crétins d’extrême droite.

    Rondudju.

  • 1971, le président américain LB Johnson affirmait devant le Congrès qu’il n’y avait plus de doute sur le fait que les changements climatiques étaient du entièrement par l’activité humaine. Checheresse mon Max….Checheresse.

S’abonner à l’infolettre

Recevez chaque semaine les nouvelles citations par courriel!

Dans mon livre à moi – Tome 2

Le recueil du club des mal cités en vente maintenant!

Le recueil de citations sportives Dans mon livre à moi, en vente maintenant!

RSS Le Sportnographe

  • Le choix du nouveau DG et les wokes
    [youtube https://www.youtube.com/watch?v=fzVpOwIS9SI?version=3&rel=1&showsearch=0&showinfo=1&iv_load_policy=1&fs=1&hl=fr-FR&autohide=2&wmode=transparent&w=770&h=434]
  • Jean-Charles Lajoie, à propos des défis de Kent Hughes
    Moi je veux pas mesurer par les résultats sur la glace en terme de victoire défaite, je veux mesurer par les dossiers comment on va les régler. Comment on va aborder la question de Carey Price. Là, le divorce, j’aime autant vous le dire. Comment je dirais ben ça. Carey Price, c’est Jean-Paul Belleaux, pis […]
  • Réjean Tremblay, qui n’aurait pas pu critiquer une DG femme
    Le directeur général, ça va être une potiche. Mais je peux dire que ça va être une potiche si c’est un gars. Mais je peux pas dire que ça va être une potiche si c’est une femme. Le gros avantage du Canadien à prendre une femme, c’est que personne peut critiquer pendant quatre ans.
  • Georges Laraque, qui sous-entend dire
    Avec ce qu’on entend, les sous-entendus dire dans les airs, est-ce qu’il y en a beaucoup que tu qualifies que ce serait la meilleure personne avec tout ce qu’il y a à faire?
  • Jocelyn Thibault, analyste
    Jeff Gorton il va engager la personne qu’il va sentir qu’il faut qu’il engage.

Catégories

Catégories