Le club des mal cités

Lise Ravary, à propos de Catherine Dorion et des Québécois

Et je ne comprends pas pourquoi elle détourne l’attention de ce qu’elle a à offrir avec des stunts. […] Les gens s’arrêtent au premier niveau. Au Québec on est premier niveau, tu le sais sûrement autant que moi. On a ben de la misère à dire, je prends ça au deuxième ou troisième niveau. Ce qu’on voit, c’est ce qu’on commente.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Infolettre

Pour recevoir une fois par semaine toutes les nouvelles citations par courriel, abonnez-vous à notre infolettre!

RSS Le Sportnographe

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.