Le club des mal cités

Jérôme Landry, à propos de la dictature des minorités qu’on n’entendraient pas s’il n’en parlait pas

– Y’a même pas cent partages sur le post original, Jérôme. Pis là asteure on en parle les quatre, c’était dans le Journal de Québec, ça été repris à gauche pis à droite, mais tsé ça partait d’un rien.
– Pourquoi ils l’ont pas gardé? Sérieux, laissez ça là, là. C’t’un peu niaiseux de réagir à une niaiserie.
– La minorité tapageuse.
– Et voilà. Pis on vit un peu une dictature des minorités depuis un certain temps.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Infolettre

Pour recevoir une fois par semaine toutes les nouvelles citations par courriel, abonnez-vous à notre infolettre!

RSS Le Sportnographe

  • Jonathan Bernier, qui se fait avoir
    Il a été capable de faire des arrêts parfois spectaculaires, pis d’autres fois, il laissait passer quelques sapins, alors on sait jamais.
  • Benoît Brunet, qui dit non à la pendaison
    Est-ce qu’il a plus d’opportunités à Montréal que peut-être ailleurs? Oui. Mais il a saisi sa chance. C’est un indispendable. Un indispendable.
  • Claude Julien, qui aime les abats
    Un but, j’peux te dire, pas nécessairement chanceux, mais c’était un but, le deuxième but qui leur a donné disons du foie, si tu veux.
  • Pierre Houde, pianiste
    Paul Byron, enfin! Il vient de déposer un piano à queue, dans la poubelle.
  • Joël Bouchard, qui a une ou deux bonnes nouvelles
    La seule bonne nouvelle dans ce match-là, y’en a deux. Cayden Primeau a été très bon. Pis finalement, les gars ont démontré du caractère. Finalement. J’pense qu’il fallait qu’ils prennent le fond du baril.

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.