Le club des mal cités
Accueil » Jeff Fillion » Jeff Fillion, qui sent l’économie

Jeff Fillion, qui sent l’économie

Jeff Fillion

J’me sens mieux à Toronto qu’à Montréal. Le fond de communisme Montréalais nous gruge quand t’arrives à Montréal. La décadence de l’île nous gruge. Le fait que la ville est devenue fantôme en dehors des heures d’affaire. Ça nous gruge. Et quand t’arrives à Toronto, ça sent l’économie, ça sent l’effervescence, ça sent le cash.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

S’abonner à l’infolettre

Recevez chaque semaine les nouvelles citations par courriel!

Dans mon livre à moi – Tome 2

Le recueil du club des mal cités en vente maintenant!

Le recueil de citations sportives Dans mon livre à moi, en vente maintenant!

RSS Le Sportnographe

Catégories

Catégories