Le club des mal cités

Denise Bombardier, qui a l’impression qu’on ne peut plus se dire Québécois

Aujourd’hui, si un Québécois se définit nationaliste, les hordes multiculturelles et partisans de la diversité crient au racisme. Publiquement et sur un ton péremptoire et insultant. À la limite, le mot « québécois » est intolérable. La plupart de ces gens se disent Canadiens, car c’est bien connu, le Canadien est pur et dans ses pensées et dans ses actes. Il incarne le bien, la tolérance et l’empathie universelle. Il a le courage de s’opposer aux barbares dont nous faisons partie dans la mesure où nous défendons des valeurs identitaires différentes.

Le nationalisme québécois en 2019

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Infolettre

Pour recevoir une fois par semaine toutes les nouvelles citations par courriel, abonnez-vous à notre infolettre!

RSS Le Sportnographe

  • Jean Perron, à propos de Kovalchuk
    À venir jusqu’à date, ça va très très bien. Lui il sème l’euphorie, l’ecstasy, je sais pas, appelle ça comme tu veux.
  • Jonathan Drouin, pas sûr
    Pas encore. Je suis pas rendu au point, je sais pas, peut-être demain, peut-être un autre jour. Mais je peux pas dire aujourd’hui que ça va être demain.
  • Émission du 5 février 2020
    Piquette nous parle de ce qui a changé depuis 2012 dans la LNH. Meilleur-Aucoin et son guide d’auto-jambonisation intellectuel. Mariette Langlois et les femmes au match des étoiles. Shayne Gagnon, Normand Leblond, Guillaume St-Onge. À écouter sur Ohdio!
  • Louis Jean, qui prévoit l’imprévisible
    C’est un moment qui est extrêmement attendu, année après année. Et encore une fois cette saison, on s’attend à de l’imprévisibilité. C’est toujours ce qu’on voit dans ce weekend tout étoile dans la LNH.
  • Louis Jean, mixologue
    Un joueur extrêmement sympathique, Math Barzal des Islanders de Toronto.

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.