Mot-clé: Yvon Deshaies

Yvon Deshaies, qui privilégie l’hymne national à la cour suprême

– Vous m’avez connu, j’ai toujours été sérieux, je suis pas un clown.
– Non non, je vous ai jamais traité de clown.
– La prière, elle va revenir. La seule chose qu’ils feront, c’est qu’ils m’arrêteront, ou ben ils me diront: ben là, la loi elle veut pas, une lettre mise en demeure, pis je va arrêter j’comprends ça.
– Mais vous êtes prêt à aller jusque là? La cour suprême a statué là, vous n’avez pas le droit de réciter une prière.
– Madame, la cour suprême, faut bien comprendre qu’elle fait fi en même temps de notre hymne national. M’a vous dire quelque chose, je vous le chanterai pas. Quand qu’on dit car ton bras sait porter l’épée et sait porter la croix, hein?

Yvon Deshaies, à propos de sa prière universelle

– Et là vous allez faire une prière universelle?
– Universelle, ben oui.
– Quel genre de prière?
– Ben une prière qui va dire, toutes les religions ensemble, que ça soit Allah, que ce soit Dieu, tsé etc. Non pas faire le notre père. Pis on va tout mettre ça ensemble, dire, pis après ça on va faire notre signe de croix. Pis remettre notre crucifix.

Yvon Deshaies, qui veut ramener la prière à Louiseville

La prière à Louiseville va revenir. Elle elle veut faire son rêve? À 17 ans? Moi j’ai 62 ans, je veux continuer le rêve d’autrefois de mes gens qui étaient là avant moi. Faque donc on en parlera plus, chacun on va faire qu’est-ce qu’on veut asteure. Mettez qu’est-ce que vous voulez. Le joueur de hockey tantôt va avoir le turban sur la tête, le casque par-dessus, la vie est belle, c’est ça qu’on veut? Alors moi la prière va revenir, c’est tout.

Yvon Deshaies, maire de Louiseville, à propos du président nord-coréen

Quand tu fais des sorties, c’est jamais au nom du conseil. Ça c’est important. Et puis chacun et chacune, je leur ai dit. J’ai dit à un conseiller: toi là, si jamais tu sors une sortie et t’aime Chin One One, le président de la Corée du Nord, tu l’aimes, m’a te respecter. Mais met moi pas dans le bateau. Pis si tu l’invites ici à Louiseville, moi je serai pas présent.