Mot-clé: Lucie Charlebois

Lucie Charlebois, qui confond George Orwell et Orson Welles

Là, c’est là qu’il nous amène. Sur comment on va dire aux gens c’qu’y’on à faire. Le prochain step là, je me sens dans Orson Welles. Pas de farce là. Je me sens comme on va dire au monde comment penser. Le pouvoir de la pensée des autres. Enregistrer. Ça commence à être terrible là.

Lucie Charlebois, qui a peur que ses petits-enfants tombent dans l’enfer de la drogue

Moi, si mon voisin a du cannabis, mes petits enfants viennent un dimanche, par hasard. Ils vont chez le voisin, ils s’enfargent là-dedans, y consomment, tsé, sans s’en apercevoir. C’est des ptits enfants de six ans et moins. Pis bon, ça joue. C’est tu sécuritaire? Je pense pas.

Lucie Charlebois, avec compassion

Et la compassion n’est pas le monopole de la vérité chez la CAQ.

Lucie Charlebois, qui joue avec les mots

– Moi j’ai trop de respect pour les appeler des poqués.
– Ce sont des poqués de la vie.
– Moi j’trouve j’aime mieux dire que ce sont des citoyens qui sont vulnérables. Des gens qui sont émotivement ébranlés.

Lucie Charlebois, qui n’est pas un calinours

“On vit pas dans un monde idéal, on le sait très bien. J’vis pas de fleurs autour de moi, je suis pas un calinours, je suis une ministre. »