Justin Trudeau, qui fait une blague à propos de sa peur de décriminaliser les drogues dures

– Monsieur Trudeau, je vais reprendre une partie de ma question: de quoi avez-vous peur?
– Euh, des araignées?
– Au sujet de la décriminalisation?

Éric Duhaime, à propos d’un homme discriminé à l’embauche

– Lui prétend qu’il gagne 25,000$ de moins que ses anciens collègues de classe.
– Combien qui gagne, on le sait tu?
– Ça, on le sait pas.
– Ben y doit pas gagner si peu que ça Myriam, parce que je t’ai fait remarquer ce matin que la photo qui a été prise par Ivanoh Demers de La Presse de monsieur Kerdougli, il porte un manteau de la marque Montclair qui vaut à peu près 1800$.

Yvon Deshaies, qui privilégie l’hymne national à la cour suprême

– Vous m’avez connu, j’ai toujours été sérieux, je suis pas un clown.
– Non non, je vous ai jamais traité de clown.
– La prière, elle va revenir. La seule chose qu’ils feront, c’est qu’ils m’arrêteront, ou ben ils me diront: ben là, la loi elle veut pas, une lettre mise en demeure, pis je va arrêter j’comprends ça.
– Mais vous êtes prêt à aller jusque là? La cour suprême a statué là, vous n’avez pas le droit de réciter une prière.
– Madame, la cour suprême, faut bien comprendre qu’elle fait fi en même temps de notre hymne national. M’a vous dire quelque chose, je vous le chanterai pas. Quand qu’on dit car ton bras sait porter l’épée et sait porter la croix, hein?

Yvon Deshaies, à propos de sa prière universelle

– Et là vous allez faire une prière universelle?
– Universelle, ben oui.
– Quel genre de prière?
– Ben une prière qui va dire, toutes les religions ensemble, que ça soit Allah, que ce soit Dieu, tsé etc. Non pas faire le notre père. Pis on va tout mettre ça ensemble, dire, pis après ça on va faire notre signe de croix. Pis remettre notre crucifix.

Yvon Deshaies, qui veut ramener la prière à Louiseville

La prière à Louiseville va revenir. Elle elle veut faire son rêve? À 17 ans? Moi j’ai 62 ans, je veux continuer le rêve d’autrefois de mes gens qui étaient là avant moi. Faque donc on en parlera plus, chacun on va faire qu’est-ce qu’on veut asteure. Mettez qu’est-ce que vous voulez. Le joueur de hockey tantôt va avoir le turban sur la tête, le casque par-dessus, la vie est belle, c’est ça qu’on veut? Alors moi la prière va revenir, c’est tout.

Jeff Fillion, qui est tanné du mauvais temps

Si jamais y’a encore quelqu’un de la religion verte qui vient m’écoeurer avec le réchauffement climatique, je vous le dit, faites pas ça à l’entour de moi, vous allez avoir une réponse tellement impolie que pu jamais vous allez reparler de ça. Attendez la canicule. Attendez pour reparler de ça, attendez une journée qui va faire 33 degrés pis qui est supposé en faire 25, parce que là là, r’garde, c’est sûr que si on vous a en avant de la face, on s’occupe de vous autres pas à peu près.

Reynald Du Berger, à propos des parasites verts

– Qu’est-ce qui va arriver avec les grands prêtres?
– Il va arriver ben des choses parce qu’il y a beaucoup de climato-alarmistes que moi j’appelle des parasites verts parce qu’ils vivent grâce à vos subvention payées par vos impôts.

Maripier Morin, qui confond luxe et luxure

C’est juste dans ce que j’ai vécu, dans mon parcours de vie. Astasie, c’est une fille qui a été dans l’argent. Qui a été trainée, par sa mère pour avoir cette vie-là de luxure, parce qu’elle c’était une mère monoparentale qui avait jamais rien eu dans la vie pis qui a tout sacrifié pour que sa fille aille une bonne éducation et qu’elle se trouve ce mari millionnaire.

Martin Everell, qui avoue être excité par une émission pour enfants

– Tu t’excites jamais quand tu vois une belle chanteuse, une belle comédienne, une belle femme.
– Non, à part quand j’écoutais Annie Brocoli avec mes enfants quand y’étaient petits.
– Ben c’est ça.
– Tout d’un coup je me mettais à danser, bouger mon bassin.

Martin Everell, à propos des femmes qui s’excitent devant Justin Trudeau

– Mais c’est un beau monsieur, les femmes vont dire.
– C’est les femmes pareil, ah, Justin! C’est dans le propre de la femme ça de s’énerver pour un beau petit garçon. J’ai tu le droit de dire ça, garçon?

1 2 3 4 5 6 132