Éric Duhaime, qui trouve Guy Morin irrespectueux, mais pas plus que les autres

C’est vrai, mais c’est aussi irrespectueux pour les victimes pis les familles des victimes quand les brailleuses de Poly se souvient se servent des cadavres pour faire avancer leurs politiques.

Guy Morin, qui a des solutions à ses solutions

On veut trouver des vraies solutions, on tend la main aux gens de Poly se souvient, aux gens du contrôle des armes à feu, pour enfin, une fois pour toute, on se tienne ensemble et on trouve des solutions ensembles à ces solutions-là. Qui dans le fond, la solution, c’est de miser sur les gens qui ont des problèmes de santé mentale.

Guy Morin, qui n’a pas de problème

Nous on croit que le registre des armes à feu ne règle aucune solution.

Marc Garneau, qui donne un exemple extrême à propos des couteaux dans les avions

Si je peux vous donner un exemple extrême, si quelqu’un veut étouffer son voisin, il peut utiliser un oreiller. On interdit pas les oreillers sur les avions.

Isabelle Melançon, qui a une tête à chapeau

Bien, pour moi, là, j’ai ce chapeau et je vais le mettre. Et, vous savez, un conseil des ministres, ça travaille ensemble. Moi, j’ai un chapeau et je vais le porter avec beaucoup de joie.

Éric Duhaime, à propos d’une autruche dans un nombril

– André Ducharme, y’a commencé à défendre Guy A. Lepage pis leur choix de pas inviter les gens de Québec, pis de faire ça juste entre montréalo-montréalais.
– Ouais, parce qu’évidemment qu’à Montréal, tu leur mets de l’eau dans le nombril, ils vont se noyer dedans.
– Écoute ça sera pas long. Ils ont juste la tête dans le nombril. C’est pire qu’un autruche, mais c’est l’autruche du nombril.

Manon Globensky, qui mord la poussière

Ptête qu’ils se disent qu’on est mieux de mordre la pilule pendant qu’on est dans un mauvais moment.

Justin Trudeau, qui est prêt

Nous allons continuer de travailler de façon sérieuse et diligente sur les négociations de l’ALENA. Mais en même temps, je pense que nous reconnaissons tous que l’imprévu est toujours possible.

Jeff Fillion, à propos de RDI qui parle de la Catalogne

Le but, c’est d’avoir 100,000, 200,000 téléspectateurs. Sont très riches, indépendants de fortune avec nos taxes pour faire ça entre autres à RDI, à Radio-Canada, nous parler de la Catalogne de même comme si c’était quelque chose qui nous intéressait. On veut aller en Espagne tout le monde en vacances, c’est clair là. Mais on veut rien savoir de l’histoire de la Catalogne. We don’t care.

Yvon Deshaies, maire de Louiseville, à propos du président nord-coréen

Quand tu fais des sorties, c’est jamais au nom du conseil. Ça c’est important. Et puis chacun et chacune, je leur ai dit. J’ai dit à un conseiller: toi là, si jamais tu sors une sortie et t’aime Chin One One, le président de la Corée du Nord, tu l’aimes, m’a te respecter. Mais met moi pas dans le bateau. Pis si tu l’invites ici à Louiseville, moi je serai pas présent.

1 2 3 4 116