Sylvain Bouchard, qui entrevoit une révolution suite aux attentats du Métropolis

Et moi je souhaite, et je suis sûr qu’on va l’avoir, ça va être unanime, une dénonciation sans nuance, sans aucune équivoque, pis c’est ça qui faut faire, y’a pas de oui, mais… y’a absolument rien qui justifie un geste comme ça, mais je peux pas m’empêcher de remarquer, moi ça fait un an que j’en vois des cagoules à Montréal. Y’ont pas de fusils là, mais y’en a qui sont intimidants. Tsé la violence au Québec là, pas aussi grave que celle-là, y’a pas eu de mort, mais ça fait un an qu’on en voit dans les rues.

Jeff Fillion, qui trouve que ça pue dans le métro

– Vous voulez savoir pourquoi ça pue quand vous arrivez à Berri UQUAM, au, UQAM, au métro ? Toutes les autres bouches de métro ça sent clean, t’arrives là ça pue.
– Eille pis écoute…
– La gauche ?
– Ça sent…
– Ça sent la gauche ?.

Sylvain Bouchard, à propos de Pauline Marois et de l’ONU

Une des façons qu’il faut présenter ça aux gens, j’pense… admettons que Pauline Marois se présente à l’ONU Mario, ok, pis son plan, je sais que ça existe pas, mais admettons, on fait une élection à l’ONU, pis c’est Pauline Marois, pis a dit, faisons payer les riches, tsé regardez le monde, y crèvent de faim en Afrique pis ailleurs, je suis convaincu que vous seriez pas d’accord, vous diriez ben non, j’peux pas donner mon argent à d’autres personnes, y’ont juste à faire comme moi pis à travailler !.

Mario Dumont, scatologique

Alors je crois comprendre qu’il y aurait là comme une tache de CAQ en partant.

Éric Duhaime, qui voit un complot dans une pétition pour le retour de Planète Jazz

On sait comment ça fonctionne, on sait les tactiques d’une gauche politique organisée qui se complait dans la pensée unique actuelle à Montréal et qui ne veut surtout pas avoir un débat d’idées avec la droite.
– Sauf qu’à ce moment-là, ça veut dire que l’histoire de monsieur laplante est entièrement fabriquée, que ça cache une manoeuvre gauchiste ?
– Tsé je sais pas si lui-même est sincère ou pas, pourquoi il veut le faire je le sais pas, est-ce qu’il est instrumentalisé par d’autres, je sais pas.

Benoît Dutrizac, à propos des carrés rouges

Y’a un petit côté fasciste de voir, pis on remonte aux années trente, en Italie, en Allemagne, de voir des petits groupes comme ça masqués, arriver dans un cour, intimider un autre groupe, y passer la casserole dans face.

Sylvain Bouchard et la xénophobie envers les mines

Pauline qui va parler des compagnies minières étrangères. Comment dans sa bouche, comment c’est pas bon, comment ont ne les veut pas, comment ce que… pour moi ça, c’est une forme de xénophobie. Si au lieu de parler d’une compagnie minière étrangère, elle avait parlé d’un individu ?.

Mario Dumont, qui explique les deux parties d’un débat

Y’a deux affaires dans un débat. La perception là, hier soir à 10:01, la perception que tu laisses au public, ça peut influencer des votes. La deuxième chose d’un débat, c’est la suite d’un débat.

Jean Tremblay, à propos de son idole

Faut se dire, tolérons-nous. Moi si y’a un objet de religion juive pas loin de chez nous, qu’est-ce que ça fait ? D’ailleurs, l’idole de ma vie, c’est un juif !
– C’est qui ?
– C’est le Christ.

Denis Gravel, à propos des B.S.

La nature humaine et animale est faite comme ça. Plus tu fais rien, moins t’as le goût de faire quelque chose. Le problème visuel de cette image-là, c’est qu’on nous donne l’impression que le BS y’est né de même, pis y’est de même.

1 127 128 129 130 131 132