Reynald Du Berger, à propos du soleil

les politiques ont intérêt à … à faire croire aux gens qu’ils ont un pouvoir sur la planète, qu’ils peuvent la refroidir ou la réchauffer… c’est un mythe ! je pense que le soleil reste et restera toujours le moteur principal.

Réjean Breton, qui connaît bien la rue

Au Québec qui décide, c’est la rue, au Québec qui décide, c’est des étudiants en science humaine qui savent évidemment pas compter, leur prof le sait même pas, j’en ai parlé y’a plusieurs mois, un mélange de corruption et de révolution, c’est la république de banane.

Esther Bégin, qui se demande pourquoi Amir Khadir veut parler de Sagard

Sur quelle planète vie Amir Khadir, dans quelle société y’évolue pour réclamer une enquête du commissaire à l’éthique sur des gens qui vont résider dans un domaine privé ? Est-ce qu’il veut importer une dictature, la dictature iranienne ici au Québec, parce que bon, on le sait en Iran, on enquête sur n’importe qui n’importe quand.

Éric Duhaime, qui se plaint qu’Hydro-Québec lui a coupé le courant parce qu’il n’avait pas payé depuis un an et demi

Et ce qui me frustre le plus de toute, c’est que si y m’avaient fait ça avec mon cellulaire, tu peux être sûr que Bell aurait entendu parlé de moi, pis à matin j’aurais un nouveau numéro pis je serais chez Vidéotron.
– bon tu l’as la solution, va chez le concurrent d’Hydro-Québec.
– ben c’est ça mon maudit problème, c’est qu’on est otage d’un monopole qui fait ce qui veut, qui se contrefiche de ses clients.

Joanne Marcotte, à propos du film Argo

donc le combat contre une bureaucratie qui s’enlise un moment donné, qui a peur, qui a peur de créer des remous, de se faire blâmer pis qui finalement aurait mis peut-être en péril les autres qui étaient encore en otage dans l’ambassade.

Jérôme Landry, à propos d’une enseignante congédiée pour avoir fait des photos érotiques

Eille, comment ça s’en rendu à la commission scolaire ?
– des grosses frustrées. C’est des grosses frustrées qui se sont plaint de la situation, je suis convaincu.
– moi c’est ça qui me bogue, qui a voulu nuire à cette fille-là ?
– mémérage de grosses frustrées, de grosses poilues, de grosses torches.

Gilles Proulx, à propos de la virilité des chefs de police

Moi si j’avais été policier j’aurais foncé dans les manifestants plutôt que de me faire tirer des roches…
– c’parce qu’ils ont des chefs feluettes, des chefs feluettes, des fifi brin d’acier comme chef.

Sylvain Bouchard, qui prouve que les femmes aiment Régis Labeaume

Toi tu penses que les femmes l’appuient davantage que les hommes ?
– eille, Josey, j’peux même les nommer. Salutations à sylvie. quatre courriels de marde aussitôt que je dis de quoi de mal contre Labeaume
– ben là a représente pas toutes les femmes
– non, mais y’a pas juste sylvie, y’a aline aussi, y’a sonia, je les connais là !.

Réjean Tremblay, qui explique comment ça marche, une actrice

Tsé là j’avais une liberté Paul, soyons… quand t’écris la même scène pour la télévision là, faut que tu vérifies le contrat de l’actrice, est-ce que elle accepte, a l’a tu une clause pour les seins, est-ce qu’elle a une fesse ou deux, est-ce qu’elle a une cuisse, est-ce qu’on peut montrer une partie du ventre.

Jérôme Landry, à propos de l’intimidation

– J’ai un bully depuis à peu près deux trois ans, il s’appelle Patrick Lagacé.
– un bully qu’est-ce que ça fait, ça sort un individu et ça le pointe du doigt, ça sort un individu et ça le salit, ça sort un individu et parfois ça se fait sur plusieurs fois, on appelle ça de l’acharnement, et on stigmatise cet individu-là pour en faire une victime.

1 104 105 106 107 108 112