Le club des mal cités

Nathalie Elgrably-Lévy, à propos des ouistitis roses

La société a autant besoin de masculinité que de féminité. Par contre, elle n’a pas besoin de se faire sermonner par un vendeur de rasoirs qui manufacture une crise pour faire de l’ingénierie sociale. Elle a encore moins besoin qu’on idéalise les ouistitis roses. Ils sont déjà trop nombreux. Il faut plutôt réhabiliter la masculinité et promouvoir la culture du héros. La société ne s’en portera que mieux !

Non aux ouistitis roses!

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Infolettre

Pour recevoir une fois par semaine toutes les nouvelles citations par courriel, abonnez-vous à notre infolettre!

RSS Le Sportnographe

  • Denis Gauthier, qui cuisine
    Faut que tu battes deux des trois équipes en avant de toi. Ça devient extrêmement difficile. J’pense que les patates vont être cuites.
  • Gilbert Delorme, qui vide son sac
    – Mais le gars qui joue quatre, le gars qui joue quatre cinq minutes là, pis dans le char en rentrant à maison. – Y’a moppe, y’a le feu au cul, là c’est souvent la femme, c’est souvent la blonde qui mange la garluche parce que tsé le gars il se vide le sac dans […]
  • Michel Bergeron, qui met la table
    Mais la table était ouverte pour que le Canadien gagne ce match-là.
  • La Mauricie, cette province du Canada
  • Michel Bergeron, qui a du pif
    Moi j’adore le tennis, d’ailleurs, j’adore les sports individuels parce que faut que tu gagnes. Faut toujours que tu gagnes. Pis la jeune Andreescu, elle m’impressionne. Elle a du chien dans le nez. C’est toute une joueuse.

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.