Le club des mal cités

Laurent Lessard, qui nous explique que son gouvernement ne donne pas de cadeaux

– Regarde, on retourne les impôts, c’est comme si c’était dans une année électorale, on l’a retourné. Toutes les fois qu’on retourne ou qu’on baisse quelque chose, faut pas. J’pense que ce qu’il illustrait bien, c’est quand y’a un équilibre, y’a un équilibre, pis quand y’a un surplus, c’est normal de le redistribuer.
– Est-ce que ça donne des munitions aux oppositions?
– Ben écoutez, je sais pas comment ils vont interpréter ça. J’sais comment les citoyens l’interprètent. Y’encaissent. Kecling, kecling.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Infolettre

Pour recevoir une fois par semaine toutes les nouvelles citations par courriel, abonnez-vous à notre infolettre!

RSS Le Sportnographe

  • Norman Flynn, qui se pense en 1970
    Va falloir qu’il y ait un méchant meeting dans chambre, pis y’a une couple de feluettes qui va falloir qu’ils se fassent donner des claques en arrière de la tête.
  • Denis Gauthier, qui ouvre l’oeil
    Depuis qu’il est ici, sincèrement, il a ouvert beaucoup d’yeux à beaucoup de monde. Beaucoup apprécié dans le vestiaire, il donne beaucoup d’énergie.
  • Mike Bossy, qui s’en va vers
    Y’a le succès personnel, les gars ont des objectifs personnels à atteindre. On veut des points, on veut marquer des buts, et on oublie des fois qu’il y a un grand portrait. Puis c’est à ça qu’il faut s’en aller vers, d’ici la fin de la saison.
  • Réjean Tremblay, à propos de Gary Carter
    Y’avait été le receveur pendant les quatre parties d’un programme double. Il avait fait les quatre parties.
  • Samuel Piette, la langue à terre
    J’ai couru quand même assez vite, pis j’ai vu Maxi qui était à côté de moi tout le long. Il avait pas l’air de souffrir tandis que moi, j’avais la langue dans les bottines.

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.