Le club des mal cités

Gilles Proulx, qui compare l’immigration à un souper chez lui

J’ai fait le tour du monde et je connais des gens de toutes les communautés du monde, je suis très ouvert, mais on va me traiter pareil de xénophobe. Mais j’ai une maison. Voilà que mon accueil est un problème. J’ai une grande salle à dîner, avec une table qui peut recevoir 30 convives. Y’en vient 65, ça devient un maudit problème d’accueil.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

RSS Le Sportnographe

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.