Le club des mal cités

Gilles Proulx, à propos des féministes

Nos féministes aux voix d’homme aussi on déjà gagné. La preuve, l’homme se féminise de plus en plus. Y’en a même qui portent du rouge à lèvres. L’homme, qui porte le nom de sa femme grâce à la bonne Lise Payette. Elle se déféminise aussi, derrière des camions de vidange ou encore dans la police avec leurs pyjamas. Elles ont perdu leur féminité.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.