Le club des mal cités

Denis Gravel, à propos du journalisme du bon vieux temps

Pensez aux vrais journalistes des années 50-60-70. J’pense que quand Claude Poirier avait une source à rencontrer, ça trainait pas trop longtemps au cellulaire, on prenait un café face à face dans une place où y’avait bin de la boucane et on mettait des gros chapeaux, on prenait pas de chance.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

RSS Le Sportnographe

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.