Le club des mal cités

Anne-France Goldwater, à propos de Jian Gomeshi

Si je savais que ça l’intéressait comme ça que pour jouir il eût besoin d’un peu de violence sexuelle, mondou que j’aurais livré la marchandise. Y’aurait joui mieux que jamais dans sa vie. Peut-être que ça aurait été la dernière fois dans sa vie, mais ça aurait été ben bon. Un bon pied là, un pied un marteau peut-être.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

RSS Le Sportnographe

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.